Sur le chemin de l’exil, de la “Retirada” à l’internement: chronique sur les républicains espagnols dans les camps de concentration français (première moitié du XXe siècle)

Résumé : Personne n’ignore de nos jours que le XXe siècle a été l’une des périodes les plus actives quant aux migrations humaines. Des pays voisins tel que la France et l’Espagne, n’ont pas échappé à cette dynamique démographique, tous les deux ayant été victimes des conséquences des guerres, civile pour l’Espagne et mondiale pour l’Hexagone. La frontière physique et les liens socioéconomiques et politiques ont été déterminants pour définir les rôles de deux nations dans leurs rapports pendant la première moitié du siècle : l’Espagne en tant qu’émetteur d’une émigration « vaincue » et la France en tant que terre d’« asile », au moins officiellement, et d’« exil». Bien avant le début de la Seconde Guerre mondiale, la barbarie se déchainait déjà dans le territoire espagnol, confrontant depuis 1936 le gouvernement républicain espagnol et les militaires fascistes soulevés et dirigés par le général Franco. Les moyens économiques et l’aide de l’extrême droite allemande et italienne, plus la non-intervention politique de la France et de la Grande-Bretagne, provoquent depuis le début, de grandes défaites de la gauche, ce qui se traduit par une vague, encore peu significative, d’émigrés vers le sol français. Les premiers arrivants sont accueillis par le peuple voisin avec un grand enthousiasme et admiration envers ces combattants pour la liberté de leur pays. Cependant les événements continuent de confirmer la défaite républicaine et le gouvernement de Lebrun se voit contraint à prendre des décisions dès la fin de 1938. « La retirada » se concrétise et la frontière franco-espagnole se voit « envahie » par presqu’un demi-million d’Espagnols qui ont voyagé pendant des semaines, à pied, fuyant les bombardements fascistes. La France ne veut pas briser son entente politique avec celui qui deviendrait le chef de l’état espagnol, voyant déjà se dessiner l’ombre du nazisme allemand, et ferme ses frontières. Seulement les femmes, les enfants et les malades auraient le droit de passer. La situation devient alors insoutenable et, comme mesure provisoire et humanitaire, les frontières s’ouvrent à nouveau… Que faire avec ces milliers de gens affamés, vaincus, « expulsés » de leurs pays ? La solution choisie est la création des camps de concentration au sens propre du mot, qui vont accueillir ces émigrés de manière temporelle… Après une sélection concernant le sexe et l’âge, seulement les hommes seront internés dans des camps tels que ceux d’Argelès ou de Saint-Cyprien, séparés de leurs femmes et enfants, ceux-ci envoyés à des asiles partout en France. Cette communication veut justement rendre compte de la vie de ces non-lieux de dépersonnalisation qui ont été créés pour et par ces réfugiés, de leurs conditions de vie, des témoignages des protagonistes de cet asile destructeur. Il s’agit aussi de rendre à ces Espagnols une place dans l’Histoire, non pas par une critique destructive des décisions prises, mais par une analyse qui cherche à comprendre les conditions qui ont fait que ce phénomène ait eu lieu.
Type de document :
Communication dans un congrès
Terre d'asile/ Terre d’exil: Perspectives historiques sur le refuge et l’asile dans la France du vingtième siècle, Oct 2015, Paris, France
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [4 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal-clermont-univ.archives-ouvertes.fr/hal-01323782
Contributeur : María de Los Angeles Hernández Gómez <>
Soumis le : mardi 31 mai 2016 - 10:47:05
Dernière modification le : vendredi 3 juin 2016 - 16:05:38
Document(s) archivé(s) le : jeudi 1 septembre 2016 - 11:36:03

Fichier

Sur le Chemin de l'exil, de la...
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : hal-01323782, version 1

Collections

Citation

María de Los Angeles Hernández Gómez. Sur le chemin de l’exil, de la “Retirada” à l’internement: chronique sur les républicains espagnols dans les camps de concentration français (première moitié du XXe siècle). Terre d'asile/ Terre d’exil: Perspectives historiques sur le refuge et l’asile dans la France du vingtième siècle, Oct 2015, Paris, France. 〈hal-01323782〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

265

Téléchargements de fichiers

577