D’épiderme et d’entrailles. Le mur médiéval en Occident et au Proche-Orient (Xe-XVIe siècles)

Résumé : Le mur médiéval exige un examen poussé des modules, des procédures de taille et de production prenant en compte technologies, outils, traces et gestes. Une progressive domination sociale du tailleur de pierre, homme qualifié à la forte visibilité, y est constatée au détriment des maçons et manouvriers. Antérieurement au XIe siècle, la « culture d’extraction » domine le chantier, économiquement « extensif » et inscrit dans le temps « long » par la polyvalence affirmée et l’outillage resserré du maçon. Ultérieurement, une « culture de production » est repérée, au sein de laquelle les tailleurs de pierre dominent. L’outillage est élargi et la productivité augmente, inscrite dans un temps « court » occidental (800-1300), vérifié au Proche-Orient (1100-1300). L’équipe réunie ne prétend pas à l’exhaustivité, tout en appelant à de futurs travaux collectifs présentés en perspectives.
Type de document :
Direction d'ouvrage, Proceedings, Dossier
Liste complète des métadonnées

https://hal-clermont-univ.archives-ouvertes.fr/hal-01650716
Contributeur : Isabelle Langlois <>
Soumis le : mardi 28 novembre 2017 - 14:22:51
Dernière modification le : mercredi 29 novembre 2017 - 01:18:19

Identifiants

  • HAL Id : hal-01650716, version 1

Collections

Citation

Bruno Phalip. D’épiderme et d’entrailles. Le mur médiéval en Occident et au Proche-Orient (Xe-XVIe siècles). France. Presses universitaires Blaise-Pascal, 2017, 978-2-84516-763-6. 〈http://pubp.univ-bpclermont.fr/public/Fiche_produit.php?titre=D%E2%80%99%C3%A9piderme%20et%20d%E2%80%99entrailles〉. 〈hal-01650716〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

39